S'abonner
Constructeurs

Les objectifs de réduction des émissions fixés aux poids lourds confirmés

Publié le 25 octobre 2023

Par Florent Le Marquis
3 min de lecture
La commission Environnement du Parlement européen a validé, le 24 octobre 2023, les objectifs fixés par la Commission européenne. Ceux-ci prévoient une baisse des émissions de CO2 des camions de 45 % d'ici à 2035, et de 90 % à partir de 2040.
Dans moins d'un mois, la décision finale du Parlement européen sur l'avenir énergétique des poids lourds devrait être rendue. ©Mercedes-Benz

Ce n'est pas forcément une surprise : les députés de la commission Environnement du Parlement européen ont voté en faveur des objectifs proposés par la Commissions européenne plus tôt dans l'année. Ces propositions ont été adoptées à 48 voix contre 36 (une abstention). Celles-ci se découpent en trois temps :

  • Une réduction de 45 % des émissions de CO2 des poids lourds pour la période 2030-2034 ;
  • Une réduction de 70 % pour la période 2035-2039 (légère modification, car la Commission avait préconisé -65 %) ;
  • Une réduction de 90 % à partir de 2040.

Ce calendrier concerne tant les poids lourds routiers que les "véhicules professionnels" comme les camions poubelles, bétonnières et autres petits camions urbains. Les constructeurs de camions sont également appelés à améliorer les performances en matière d’émissions des remorques de 12,5 % en 2030.

Les bus "zéro émission" avant 2030

Peu de changements non plus concernant la position européenne sur les bus : tous les nouveaux devront être "zéro émission" d'ici à 2030. L'électrique et l'hydrogène sont grandement promus par les Verts. Seul ajout de la commission sur ce sujet : jusqu'en 2035, les États membres auront la possibilité de demander une exemption pour les autobus interurbains roulant au biométhane.

La prochaine étape du débat aura lieu dans moins d'un mois : ces objectifs passeront devant le Parlement européen en séance plénière le 21 ou 22 novembre 2023. S'ils sont de nouveau acceptés, il est probable qu'ils soient définitivement entérinés.

Quid des carburants alternatifs ?

Un sujet est susceptible d'être ramené sur la table à ce moment-là : celui des carburants alternatifs (synthétiques et biocarburants). Porté par l'industrie des carburants et la droite, le FFC (facteur de correction du carbone) n'a pas été inclus par la commission Environnement. Le FCC amènerait à prendre en compte les carburants liquides renouvelables dans le mélange global d’essence et de diesel. Cela permettrait de réduire les objectifs des constructeurs en matière de diminution des émissions de CO2.

Les opposants au FFC disent qu'il s'agirait d'un moyen d'accroître les ventes autorisées de camions diesel. Toutefois, la commission a sollicité l'étude de la contribution possible du FCC lors d’une révision de la loi en 2027.

L'ACEA réagit

Comme elle l'avait fait en début d'année, l'Acea a réagi à ces nouvelles, estimant que ce paquet d'objectifs est "trop ambitieux" et "irréalisables", notamment du fait du manque de points de recharge pour camions électriques, qui freine le développement de cette énergie. Mais ce n'est pas la seule raison : "La demande des clients pour des camions et des autobus électriques et à hydrogène est encore bien inférieure à celle concernant les modèles conventionnels", poursuit l'Association des constructeurs européens d’automobiles.

A lire aussi : Normes CO2 : la FNTR regrette le manque d'intérêt pour les carburants renouvelables et durables

Sigrid de Vries, directrice générale de l'ACEA, ajoute : "En l'absence de conditions favorables, les constructeurs auront du mal à atteindre les objectifs et s'exposeront à des pénalités alors que la conformité dépend largement de facteurs échappant à leur contrôle direct."

Même position du côté de l’Union internationale des transports routiers (IRU), qui a contesté le vote de la commission Environnement qu’elle juge irréaliste et contre-productif pour la décarbonation. Elle regrette notamment la non prise en compte du principe de facteur de correction carbone, qui aurait permis de favoriser les véhicules alimentés aux biocarburants. Déplorant le manque de pragmatisme des instances européennes, Raluca Marian, représentante de l'IRU auprès de l'UE, a rappelé que la filière a besoin "d'objectifs raisonnables".

Retour sur les estimations de l'Iddri

Quelques jours avant cet épisode au Parlement européen, l'Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales) avait émis un avis intéressant. Dans une note parue le 16 octobre 2023, il expliquait que les leviers techniques disponibles à court termes pour les poids lourds ne permettraient de réduire la consommation moyenne du parc que de 12 % entre 2019 et 2030. Insuffisant, compte tenu des enjeux environnementaux mondiaux.

L'Iddri estime donc qu'il serait logique de revoir à la hausse l’ambition des politiques publiques concernant les véhicules légers. Ce pourrait, entre autres, consister en un durcissement du malus CO2 et du malus au poids, des incitations à utiliser les voitures hybrides en mode électrique, ou encore en une analyse plus fine de l’impact de la qualité des pneumatiques et des huiles moteurs.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle