S'abonner
Constructeurs

Tournée européenne au bioGNL pour Iveco et Shell

Publié le 7 novembre 2023

Par Elodie Fereyre
2 min de lecture
Pour démontrer le potentiel du bioGNL dans la réduction des émissions de CO2, un Iveco S-Way au bioGNL a parcouru 2 155 kilomètres en six étapes à travers l’Europe. Ce dernier a ainsi émis deux tonnes de CO2 de moins que son équivalent diesel.
Iveco et Shell se sont associés pour prouver le potentiel du bioGNV pour le transport routier de marchandises. © Iveco

Le projet baptisé "en route vers zéro émissions nettes", réalisé par Iveco en collaboration avec Shell, avait pour objectif de sensibiliser sur le potentiel important du bioGNL dans la décarbonation. Ainsi, un Iveco S-Way au bioGNL, chargé de 25 tonnes de marchandises, a réalisé en périple européen en six étapes. Au total, ce dernier a parcouru 2 155 km en partant de Berlin pour rejoindre l’Italie. Il a émis un total de 342 kg de CO2, soit deux tonnes de CO2 de moins que son homologue diesel. "Nous sommes convaincus de la pertinence d’une approche multi-énergies pour relever le défi de la décarbonation du secteur des transports, a commenté Giandomenico Fioretti, responsable du développement commercial des solutions alternatives chez Iveco. Nous continuons d'investir dans les véhicules propulsés au bioGNV, car il s’agit d’une technologie mature immédiatement disponible pour fournir une alternative verte opérationnellement et financièrement viable au diesel, sans compromis en termes de puissance, d'autonomie, de charge utile ou de ravitaillement."

A lire aussi : Le GNV et le BioGNV continuent de progresser

À chaque étape du parcours, l’objectif a été de rassembler des acteurs de la chaîne de valeur du bioGNL et de mieux faire connaître cette solution de décarbonation pour le transport longue distance. "Notre objectif est de positionner le bioGNV comme une source d’énergie croissante sur le marché européen des transports. Ensemble, nous contribuerons à la transition de l'industrie vers un avenir neutre en carbone", a ajouté Giandomenico Fioretti. Le constructeur rappelle également que le fonctionnement silencieux des camions Iveco au bioGNV est un atout non négligeable pour les livraisons urbaines et/ou de nuit. De plus, la comptabilité du bioGNL avec l’infrastructure existante est un atout, puisqu’il existe d’ores et déjà 668 stations dans toute l’Union européenne. Un argument qui peut permettre aux flottes de se décarboner rapidement.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle